Côte d’Ivoire: les TIC pour améliorer la productivité agricole

Le Salon de l’agriculture de Paris se poursuit jusqu’à dimanche dans la capitale française. Depuis plus de 20 ans, la Côte d’Ivoire est présente à ce grand rendez-vous international. Le secteur agricole est crucial à l’économie éburnéenne. Il représente 22% du produit intérieur brut, plus de la moitié des recettes d’exportation du pays et emploie les deux tiers de la population. Dans son Programme national d’investissement agricole, la Côte d’Ivoire a fixé comme priorité l’amélioration de la productivité et mise sur les technologies de l’information pour y arriver.

Adrienne N’Guessan est la présidente d’une coopérative agricole de la région de Daloa, au centre-ouest de la Côte d’Ivoire. Elle produit café, cacao, manioc, bananes ou encore attiéké. Comme les autres femmes, Adrienne travaille à la main, avec des techniques très rudimentaires. Pour améliorer sa productivité, sa coopérative est suivie par l’ANADER, l’Agence nationale d’appui au développement rural.

« Chaque fois que l’on nous prodigue des conseils, on les suit, reconnaît l’agricultrice. Mais il faudrait quand même qu’on ait plus de soutien pour mieux faire. Il nous faudrait des formations pour apprendre les bonnes pratiques. C’est ce que fait l’ANADER, mais les agents n’ont pas toujours le temps de s’occuper de tout le monde. Nous les producteurs, même au champ on a besoin d’informations. On en a toujours besoin. »

E-extension

Et c’est justement pour toucher le plus de producteurs possible, même dans les endroits les plus reculés que l’ANADER a mis en place l’année dernière le système E-extension. Il s’agit d’un centre d’appel, relié à un laboratoire, que peuvent joindre à tout moment les agriculteurs pour poser des questions techniques.

« Les opérateurs parlent 7 langues différentes, s’enthousiasme le Dr Sidiki Cissé, directeur général de l’ANADER. Les agriculteurs peuvent donc poser leurs questions dans leur dialecte. Ensuite, dans le centre d’appel, des techniciens peuvent leur donner une réponse immédiatement. Le centre dispose aussi d’une base de données avec des informations sur diverses problématiques, à laquelle peuvent se référer les opérateurs pour répondre au plus vite. »

Lire la suite sur RFI.FR

59 Comments

Comments are closed.