France : Comment les hôpitaux se mettent peu à peu au Big Data ?

«L’usage des Big Data dans la santé est une révolution, qui va s’imposer et avoir un impact extrêmement structurant sur le système de santé en général», affirmait le docteur Eric Baseilhac, directeur des Affaires Economiques du Leem, l’un des principaux syndicats de fabricants de médicaments, en mars 2015 sur FrenchWeb. Deux ans plus tard, la data a investi les hôpitaux de différentes manières (logiciels, médecine prédictive etc).

Depuis les années 2000, l’Institut Curie à Paris référence toutes les données patients (images, diagnostiques etc) sur une plateforme numérique. Les hôpitaux de Paris ont quant à eux 10 ans de données stockées à gérer. L’un des principaux problèmes que recontrent ces établissements est le nombre impressionnant de données qui a été référencé. Comment s’y prendre pour les analyser? Comment les classer? Surtout, que peut-on en faire?

Les données au service de la médecine prédictive

Lors de la Paris Healthcare Week qui se tenait à Paris la semaine dernière, le professeur Alain Livartowski de l’Institut Curie est venu présenter le «Google 3.0 du cancer». L’établissement cherche à utiliser les données pour de la prévention via une plateforme où toutes les informations seront regroupées. «Il sera possible de poser toutes sortes de questions au moteur de recherche et de trouver des données structurées pour en faire des analyses», explique le professeur. Le but est de trouver des cas similaires de cancer en réalisant une recherche. Ainsi, en quelques secondes, le corps médical trouvera, par exemple, le traitement qui avait été donné à un patient avec les mêmes symptômes.

Le professeur met cependant en garde sur la collecte de données réalisée depuis des années. 99% des informations possédées ne sont pas structurées ni modélisées. Il est donc compliqué de connaître leur valeur et de toutes les catégoriser. De plus, toujours selon le professeur, une autre information doit être prise en compte. Dans tous les établissements, il est rare de trouver une personne avec un cas similaire au sien. Il faut donc pouvoir ouvrir les dossiers à différents hôpitaux, instituts et cliniques. Mais tout le monde ne collecte pas la donnée de la même manière…

Lire la suite sur Frenchweb.fr

1 Comment

Leave a Reply