France : Les banques mobiles ouvrent-elles une nouvelle ère financière?

En s’invitant dans le secteur bancaire, les «néobanques», banques mobiles 2.0, ont redéfini les business modèles traditionnels. Le Web et le mobile ne distribuent plus uniquement les produits bancaires classiques; ils permettent désormais à de nombreux nouveaux acteurs d’innover en proposant des services bancaires et financiers inédits:

  • Digitalisation complète de l’ouverture d’un compte;
  • 100% numérique: vers un objectif 0% papier;
  • Validation des opérations bancaires par lecture de l’empreinte digitale;
  • Déploiement de réseaux de distribution physique sans avoir à supporter les coûts d’une agence;
  • Conquête de clients par le marketing viral, etc.

En pleine conquête du grand public, la FinTech a d’ores et déjà bousculé les grandes institutions bancaires, comme en témoigne le rachat récent de Compte Nickel par BNP Paribas.

Vers une utilisation mobile, friendly et instantanée 

Grâce à la généralisation de l’utilisation du mobile, il est désormais simple de régler l’achat d’un bien ou d’un service, d’envoyer de l’argent à un enfant à l’étranger ou de partager une addition avec un ami. Ces nouvelles habitudes de consommation, étroitement liées à la viralité et à la communauté (cagnotte, crowdfunding, etc), sont favorisées par les réseaux sociaux, et permettent ainsi de capter de nouveaux clients en réduisant le coût d’acquisition. Là où les banques sont prêtes à débourser entre 350 euros et 650 euros pour capter un client, de nombreuses néobanques ont su optimiser leur coût d’acquisition entre 45 et 90 euros.

L’essor des technologies permet ainsi de mettre le digital au service des besoins des clients tout en s’appuyant sur des prestations innovantes. Les banques mobiles répondent parfaitement à ces besoins instantanés, où l’expérience visuelle doit être engageante à travers des Apps ou interfaces à l’ergonomie travaillée. Le contraste est d’autant plus prononcé auprès des secteurs B2B où de nouveaux profils de clients (entrepreneurs, start-up, freelancers) émergent, mais où les méthodes de paiement restent les plus traditionnelles (chèques, etc).

Malgré l’essor des banques en ligne dans les années 2000, il n’existe toujours pas, en 2017, de banque 100% digitale à destination des entreprenants, des PME, des auto-entrepreneurs, ou des freelances! Certaines néobanques l’ont bien compris et souhaitent proposer bien plus qu’un compte en fournissant les outils indispensables au développement d’une activité professionnelle: terminaux de paiement, bouton de paiements, encaissement de chèques, affacturage, ligne de crédits, etc.

Lire la suite sur Frenchweb.fr

80 Comments

  1. cialis usa
    mai 23, 2022

    cialis canada

    cialis generic in south africa

Comments are closed.