France : Usurpation d’identité de militaires français pour des arnaques sur les réseaux sociaux

Cachés derrière de faux profils sur les réseaux sociaux, et utilisant des photos volées, ces escrocs du web extorquent des milliers d’euros à leurs victimes. Les photos d’un ancien sergent-chef de la Légion étrangère ont permis à elles-seules de créer près de 5 000 faux profils.

Les photos le montrent : Marin Burcea a un physique plutôt avantageux. Et bien qu’il ait quitté la Légion en 2018, au bout de cinq ans de contrat, des photos de lui en uniforme – photos volées en 2017 – circulent toujours. Très largement. Son ancienne unité a fait les comptes : depuis septembre 2020, différentes images de lui ont servi à créer 4 900 faux profils de militaires français, afin d’extorquer de l’argent, très majoritairement à des femmes contactées sur les réseaux sociaux.

“2 000 faux profils sur Instagram, 300 sur Facebook, 500 sur TikTok, d’autres sur LinkedIn ou les sites de rencontres. Ces photos représentent 90% des arnaques aux faux profils qui remontent jusqu’à nous.”

le capitaine Cédric, porte-parole de la Légion étrangère

à franceinfo

Ce sergent-chef est donc devenu, à son corps défendant, le paravent d’escrocs ivoiriens. Après être entrés en contact avec une potentielle victime, souvent après avoir noué une relation amoureuse virtuelle, ces “brouteurs”, comme on les surnomme (arnaqueurs opérant sur internet), commencent à réclamer de l’argent. Carolina, une jeune Franco-Grecque qui vit à Athènes, a ainsi, au fil des mois, envoyé près de 5 000 euros à celui qu’elle croyait être un militaire dans la difficulté. “Il m’a demandé de l’argent pour que son officier supérieur le renvoie à Paris après 18 mois passés au Mali, raconte-t-elle. Ou pour manger au restaurant parce qu’il me disait que la nourriture était mauvaise. Ou pour payer son hospitalisation après une blessure par balles.”

Carolina a bien quelques soupçons, refuse certaines demandes, et exige de son correspondant une conversation par téléphone. Le soit-disant militaire accepte, avant de demander à la jeune femme de lui envoyer 700 euros, afin qu’il puisse “payer l’amende infligée par son supérieur pour avoir utilisé un téléphone”. Elle refuse une nouvelle fois, puis contacte franceinfo le 20 janvier 2021, après la diffusion d’un reportage sur l’opération Barkhane. Elle apprend alors qu’un soldat en opération extérieure reste 4 mois sur le terrain, pas 18 comme le prétend celui qu’elle considère désormais comme un “intime”, que les militaires engagés dans Barkhane ne vont pas au restaurant, et donc n’ont pas besoin d’argent pour cela, et qu’une blessure par balles est toujours traitée par le Service de Santé des Armées sur place avant une évacuation vers un hôpital militaire, mais que jamais il ne serait soigné dans le civil.

“L’uniforme de l’armée française m’a inspiré confiance. Mais quand j’ai compris et ouvert les yeux, je me suis sentie blessée, imbécile.” Carolina, l’une des victimes à franceinfo

Lire la suite sur MNS

10 Comments

Comments are closed.