Jumia Technologies AG : Leader Africain du e-Commerce coté à Wall Street

L’Afrique donnait déjà à envier au reste du monde avec le succès de son portefeuille mobile M-Pesa, lancé il y a douze ans à partir du Kenya. Le Continent a d’autres réussites dans le e-commerce, comme la plateforme de vente en ligne Jumia – créée au Nigeria il y a sept ans et très bien accueillie en Bourse à Wall Street depuis mi-avril.

2 milliards de dollars ! C’est la valorisation boursière de Jumia Technologies AG, société allemande et anciennement dénommée Africa Internet Group (AIG), qui vient de faire avec succès son introduction en Bourse à New York le 12 avril 2019. C’est même la première cotation au New York Stock Exchange (Nyse) pour une start-up africaine de l’économie numérique, qui se revendique comme étant « la plateforme leader du e-commerce panafricain » (vente en ligne, centre de logistique et de livraison, paiement en ligne) et « la plus grande place de marché de e-commerce d’Afrique » (29,5 millions de produits référencés). Car, que l’on ne s’y méprenne pas, son siège social a beau être à Berlin en Allemagne et son centre technologique global à Porto au Portugal, ses opérations de commerce en ligne se font bien en Afrique, dans quatorze pays du Continent – à commencer par le Nigeria où Jumia a été lancé en juin 2012 par ses deux cofondateurs français, Jérémy Hodara et Sacha Poignonnec, co-PDG de l’entreprise.

A fin 2018, Jumia revendique 4 millions d’utilisateurs actifs et 81.000 vendeurs sur sa plateforme de commerce électronique qui a généré l’an dernier un chiffre d’affaires de 130,6 millions d’euros – en forte croissance de 40 % sur un an. Mais la perte nette s’est creuser de 3 %, à 170,4 millions d’euros. « Le groupe a subi des pertes importantes depuis sa création. Selon son business plan, il prévoit de continuer à générer des pertes au cours des prochaines années, tout en réalisant les investissements nécessaires à la croissance de son activité et à l’extension de son empreinte géographique.

Lire la suite sur CIO MAG

1 Comment

Leave a Reply